Point de départ : choisir un nom de domaine

extension de nom de domaine

Image Freepik. Un mur de couleurs pour les nouvelles extensions

[est_time]

Le lancement des nouvelles extensions a fait couler beaucoup d’encre depuis la fin d’année 2013, les fameuses newgTLDs (nouvelles extensions generic Top Level Domaine). Ces nouvelles extensions boostaient le référencement naturel, soi-disant. Matt Cutts a annoncé qu’il n’en était rien, tout comme John Muller porte-parole SEO de Google.

À quoi peuvent-elles servir ces terminaisons de nom de domaine ?

Elles peuvent renforcer l’identité géographique d’une marque. Le .bzh par exemple, confirme son attachement à la région, elle précise sa proximité, son savoir-faire, idem pour le .alsace ou .corsica. Ces extensions régionales sont ouvertes à tous, dans la mesure où vous avez une présence, une activité commerciale ou culturelle, un lien direct ou indirect avec la région.

Ces nouvelles terminaisons ouvrent des portes intéressantes. Prenons le cas du .bio, ce marché a augmenté de 8% depuis 2014. Cette nouvelle extension offre plus de choix. Le .bio est facile à retenir et donne du poids au nom de domaine. Un producteur de légumes pourrait renforcer son appartenance à la filière bio en déposant le domaine « legumes.bio » en l’occurrence il n’est pas disponible, dommage ! Il y a peut-être une surveillance à mettre en place pour un éventuel rachat de domaine.

Vous pouvez aussi exploiter les nouvelles extensions pour des raisons marketing. Vous venez de créer un concours de médias sociaux, vous pouvez mettre en place un site dédié à cet événement avec le .social. Vous organisez toute l’année des concours avec des jeux autour de votre marque, la création d’un site avec un .games est à envisager.

Et la sécurité des marques dans tout cela !

Pour sécuriser son nom de domaine, le coût va augmenter. Cette multiplication des extensions s’avère couteuse pour les marques, mais si cela peut éviter des poursuites juridiques, pourquoi pas ! Il suffit d’acheter les nouveaux domaines et éventuellement les faire pointer vers le domaine existant.

Quelques chiffres pour finir

Depuis le lancement des nouvelles extensions, la mayonnaise semble avoir pris pour certaines d’entre elles. Les chiffres qui suivent sont disponibles sur Google France. J’ai fait un relevé le 01 mars 2017. Tapez « site :.votre extension » dans la barre de recherche de notre ami GG et regardez les résultats, à titre d’exemple :

  • le .bzh affiche 4 210 000 résultats ;
  • le .blog compte 3 190 000 résultats ;
  • le .bio dispose de 1 550 000 résultats ;
  • le .paris donne 1 020 000 résultats.

On est encore loin des 1 480 000 000 du .fr ou des 25 270 000 000 du .com mais cela progresse !

À lire également :